Le courriel. Notre pire ami.

Le courriel. Notre pire ami.

Nous sommes nombreux à passer une grande partie de nos journées de travail à écrire, lire ou répondre à des courriels. Depuis que Ray Tomlinson a envoyé le premier courrier électronique en 1971 (il y a 51 ans !), il est devenu l'outil de communication professionnelle le plus courant. 


On estime qu'en 2022, plus de 333 milliards de courriels seront envoyés chaque jour. Cela signifie qu'environ 3,5 millions de courriels sont envoyés chaque seconde ! 

Données intéressantes sur l'enjeux

Bien sûr, ces 333 milliards de courriels quotidiens ne sont pas tous légitimes ; on estime qu'environ 85 % sont des spams et que 3,4 milliards sont des tentatives d'hameçonnage (des courriels qui tentent de vous voler des informations d'identification ou d'envoyer des logiciels malveillants sur votre ordinateur). 

Étant donné que très peu d'utilisateurs adoptent les meilleures pratiques en matière de cybersécurité, il n'est pas surprenant que la compromission du courrier électronique des entreprises soit si fréquente. Rien qu'au cours du mois dernier, j'ai eu connaissance de trois organisations locales dont les comptes ont été compromis - leurs informations d'identification ont été divulguées, d'une manière ou d'une autre, et des cybercriminels ont pu accéder à leurs comptes. Il n'est donc pas étonnant que 95 % des cyberattaques se fassent par courrier électronique. 

Et pourtant, malgré tous ces faits effrayants, nous continuons à utiliser (massivement !) le courrier électronique tous les jours pour échanger des informations avec des clients, des employés, des fournisseurs, des partenaires, etc. ; et beaucoup de ces courriers électroniques contiennent également beaucoup d'informations sensibles : données personnelles, informations financières ou juridiques, contrats, etc. 

Pistes de solution

Il doit y avoir un meilleur moyen. Certains apprennent peu à peu à partager des documents par le biais de liens à partir de OneDrive ou SharePoint ; cependant, comme je l'ai mentionné plus haut, la compromission du courrier électronique professionnel est un vecteur d'attaque majeur, et ces liens de fichiers seraient "protégés" par les mêmes informations d'identification. C'est la question proverbiale du "six ou demi-douzaine". En outre, du point de vue de la cybersécurité, je constate que de nombreux systèmes Microsoft 365 sont très mal configurés en ce qui concerne la sécurité des données et des comptes, ce qui augmente le risque de perte de données. 

Ce qu'il faut, c'est une solution sécurisée et facile à utiliser pour transférer et partager des informations sensibles avec des destinataires externes. C'est pourquoi j'aime tant TagMyDoc. 

TagMyDoc m'a été introduit par l'un de mes clients, un cabinet comptable, qui l'utilise pour échanger des informations financières très sensibles avec ses clients. En tant que consultant en cybersécurité obsédé par la protection de mes clients et de leurs données, j'ai immédiatement voulu en savoir plus. 

L'équipe de TagMyDoc a répondu à toutes mes questions, m'a fait une démonstration du produit et, lorsque j'ai signé en tant que partenaire, elle m'a intégré et formé à son utilisation correcte. J'ai été particulièrement impressionné par la dernière partie, la formation ; il est crucial pour les gens de TagMyDoc que chaque client suive leur session de formation, afin qu'ils apprennent à tirer le meilleur parti de leur abonnement. C'est, à mon avis, une approche absolument brillante ! 

À l'heure actuelle, chaque fois que je réalise un audit de cybersécurité pour un client et que je découvre qu'il échange des informations sensibles avec des destinataires externes (données financières, propriété intellectuelle, informations personnelles, etc.), je lui recommande toujours d'envisager d'utiliser TagMyDoc pour ce faire. Il s'agit d'une autre couche dans leur chaîne de cybersécurité qui peut aider à atténuer le risque d'une violation de données et à éviter beaucoup de douleur commerciale. 

Étant donné que 60 % des PME canadiennes victimes d'une cyberattaque grave ne s'en remettent pas et sont contraintes de fermer, je vous recommande vivement d'envisager d'ajouter TagMyDoc à vos flux de travail pour le partage des informations sensibles.

À propos de l'auteur

Jacques Sauvé, président de Trilogiam
"Je travaille dans le domaine du conseil en informatique depuis trois décennies. J’ai eu l’occasion de travailler avec de grands entrepreneurs, coachs, ingénieurs et techniciens."



Source: https://earthweb.com/how-many-phishing-emails-are-sent-daily/

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Comment gérer la "déconnexion documentaire" - Une série en trois temps

Nouvelles fonctionnalités TagMyDoc [mise a jour 1.66]

La signature électronique TagMyDoc et ses bénéfices